Votre Rapport semestriel à la hauteur de l’évènement !

Jeudi 04/06/2020

Le premier semestre touche à sa fin. L’AMF a rappelé dans son communiqué du 20 mai que les émetteurs devraient se livrer à un exercice structurant tout en garantissant, « la stabilité de la présentation des états financiers ». Un premier semestre complètement inédit que les émetteurs vont devoir expliquer aux marchés et mettre en perspective dans un Rapport financier semestriel (RFS) très attendu.

Pas simple. Et l’AMF insiste : « une information fiable, aussi spécifique et détaillée que possible, contribue à maintenir la confiance des marchés » et relève : « dans une période d’incertitudes fortes, les investisseurs sont particulièrement demandeurs d’informations prospectives notamment sur la situation de liquidité et les besoins financiers ». Alors, pour Florence Daumal, Experte Labrador en Communication Financière, « le Rapport financier semestriel doit résolument sortir des sentiers battus, s’inscrire dans une démarche dynamique et se montrer prospectif ». 

Lire aussi : Impact et perspectives une communication financière trimestrielle inédite

Un message du Président et une partie Risques dédiée 

Comment faire ? Chaque émetteur doit se poser les bonnes questions et penser une nouvelle structure du document en fonction du vécu de ces dernières semaines et derniers mois.  Voici déjà quelques idées et suggestions à creuser : 

  • Ouvrir le Rapport financier semestriel sur un message du Président ou du Directeur général. Cela permet d’apporter d’entrée de jeu une dimension humaine, managériale et de gouvernance essentielle. « Il s’agit de mobiliser les énergies, d’incarner la vision du groupe », note Florence Daumal.
  • Faire une introduction type stratégique. Celle-ci fait un point synthétique sur les impacts de la crise, met en valeur les actions menées en interne ou en externe, vis-à-vis des salariés, des clients, de la collectivité… et revient sur les différentes décisions stratégiques et opérationnelles prises au fil des semaines pour gérer la crise et préparer le futur. Objectif : donner un vrai cadre d’ensemble qui indique le cap. 
  • Dérouler avec pédagogie les commentaires des principaux chiffres (compte de résultat, bilan).
  • Repenser la partie Perspectives et isoler la description des Risques, dans une partie spécifique, qui doit être constituée d’une véritable mise à jour des facteurs de risques.

D’une manière générale, et c’est l’AMF qui le dit : « des explications pédagogiques, précisant les hypothèses retenues et apportant des éclairages sur l’analyse des chiffres présentés dans les états financiers, faciliteront la compréhension de la performance par les lecteurs ». Florence Daumal enfonce le clou : « il faut amener une véritable valeur ajoutée dans l’explication faite des états financiers et dans ce qui doit être mis en valeur (quantitatif et qualitatif). Cela passe par un effort de pédagogie sur les chiffres, avec tableaux et infographies ». 

Lire aussi : Un rapport financier semestriel très attendu pour l’après

Face à l’ampleur de la tâche, l’AMF a clairement indiqué que les émetteurs peuvent retarder la publication de leur Rapport financier semestriel par rapport à la date communiquée, « pour mettre à profit l’ensemble de la période pour le préparer (…)  sous réserve du respect du règlement abus de marché ».  Le délai normal est de trois mois suivant la clôture de l’exercice. Mais attention, pour celles qui prévoient un décalage, l’Autorité les « invite (…) à communiquer au marché dès que possible leur nouveau calendrier de publication et à se rapprocher de l’AMF ». 

La possibilité de décaler la publication des RFS jusqu’au 30 septembre est la bienvenue. Autrefois, pur exercice de style, cette année les émetteurs auront besoin de temps pour en faire un véritable exercice de fond.

Beñat Caujolle

Pour toute question ou demande de renseignements, contactez-nous : labradorleblog@labrador-company.com

2020-07-01T11:41:48+02:00juin 4th, 2020|