L’AMF vous encourage à tester vos fichiers ESEF maintenant, en toute sérénité

Jeudi 28/01/2021

Il est toujours temps de bien faire. Les émetteurs ont encore pour quelques semaines la possibilité de se mettre en toute quiétude à l’heure ESEF, le format électronique européen de leur reporting financier. Et ils auraient bien tort de se priver de ce test ESEF grandeur nature. Et ce, pour différentes bonnes raisons. 

Tout d’abord, les autorités de tutelle vont se montrer particulièrement bienveillantes dans leurs échanges avec ces entreprises qui vont faire fi du report optionnel d’un an, décidé il y a quelques semaines, pour respecter le calendrier initial. Des autorités d’autant plus indulgentes, qu’elles auront moins de dossiers à traiter. Elles ne se pencheront pas en effet sur les entreprises qui ont opté pour le report. Il y a d’ores et déjà aujourd’hui de vrais échanges. 

Lire aussi : ESEF : vers un report optionnel d’un an 

Un goulot d’étranglement dans un an

Dans un an, toute la cote devra dans un bel ensemble se plier à l’exercice. Se dessine un vrai goulot d’étranglement avec, on peut le craindre, des réponses de la part des autorités plus formelles, sans réel accompagnement. 

En attendant, en cette fin janvier 2021, les entreprises qui ont beaucoup travaillé le sujet ces derniers mois, peuvent ainsi, sans la moindre pression, multiplier les tests en tous genres. Sans aucun souci, car, s’il devait advenir un quelconque blocage, la possibilité de déposer un « simple » PDF est toujours bien là ! Et si tout marche comme prévu, ces mêmes entreprises, qui appliquent d’entrée de jeu les bons standards, auront fait tout le travail et accompliront dans un an, à l’heure des grands embouteillages, une simple formalité.  Une manière aussi de montrer le bon exemple et de s’assurer d’une bonne maîtrise du sujet. 

Aucun risque, juste une opportunité 

À ce jour, une trentaine de sociétés ont ainsi échangé avec l’AMF. Et près d’une vingtaine ont déposé des fichiers pour tests, notamment les grands groupes financiers pour lesquels l’exercice s’avère le plus complexe. Tous ces fichiers ont été validés après quelques inévitables ajustements. Nul doute que ces chiffres vont en ce début d’année rapidement augmenter. L’ensemble des entreprises qui ont consacré temps et énergie sur ce dossier, à commencer par la réalisation de leur mapping, ont tout à y gagner.

Lire aussi : DEU : un guide complet pour bien faire

La mise en place de l’ESEF s’inscrit en effet dans une tendance de fond, inéluctable : la digitalisation de l’information financière qui vise à améliorer l’accessibilité, la facilité d’analyse et la comparabilité des états financiers consolidés. 

Beñat Caujolle

Pour toute question ou demande de renseignements, contactez-nous : labradorleblog@labrador-company.com

Quelle note donneriez-vous à ce billet ?

Seules 5 étoiles valorisent le travail de nos équipes

Note de ce billet : 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce billet.

Cet article vous a intéressé ?

Abonnez-vous à notre page Linkedin pour ne plus rien manquer !

Cela ne correspond pas à nos standards de qualité.

Que pourrions-nous améliorer ?

Afin d'analyser l'origine du problème, pouvez-vous nous en dire plus ?

2021-01-28T11:17:43+01:00janvier 28th, 2021|