Covid-19 : le cash des entreprises objet de toutes les attentions des investisseurs

Jeudi 02 avril 2020

Entretien avec Bénédicte Thibord, Global Head of Corporate / Expert Access chez Exane BNP Paribas.

Exane BNP Paribas vient de mener une enquête « flash » du 25 au 27 mars 2020 auprès de 270 investisseurs européens et américains sur l’impact du Covid-19 sur les pratiques des Relations investisseurs (RI) en matière d’information financière.

Pourquoi avoir mené cette enquête ?

Nous avons réalisé cette enquête car nous étions très sollicités par nos clients entreprises avec lesquels nous avons des contrats de liquidité ou surveillance sur l’impact du Covid-19 sur la communication financière. En moins d’une semaine nous avons monté cette opération afin de répondre à leurs nombreuses questions sur les pratiques mises en place par les Relations investisseurs pour garder le lien avec les investisseurs et communiquer sur le Covid-19. Notre objectif étant de faire ressortir les principales tendances, les grands benchmarks.
Sur les premiers aspects très pratiques, il en ressort que les échanges avec les investisseurs passent par téléphone (94 %), Skype (31 %), Microsoft Teams (23 %) et Zoom (23 %).

Les entreprises semblent faire le tri dans leurs relations investisseurs…

Sans surprise, elles souhaitent privilégier pour leurs prochains roadshows les investisseurs long terme (86 %), les investisseurs anglo-saxons (73 et 63 %), les investisseurs locaux (45 %), la gestion privée (42 %), les family office (39 %) et enfin les hedge funds (37 %).

« ll va y avoir des arbitrages entre les entreprises qui verseront des dividendes et celles qui ne le feront pas » 

Sur quoi peuvent communiquer les entreprises ?

Les entreprises veulent être très transparentes, mais se montrent très prudentes dans leur communication. Elles n’hésitent pas à communiquer des informations qualitatives (plans et mesures mises en œuvre) mais pour ce qui est du quantitatif (chiffre d’affaires, EBIT, EBITDA…), elles attendent de disposer de données fiables en interne. Quelque 44 % des entreprises prévoient de faire une communication spéciale Covid-19 à l’occasion de leurs prochaines publications trimestrielles. 46 % ont déjà communiqué sur le sujet et seulement 10 % d’entre elles prévoient d’en faire une communication à part, dédiée.
À noter qu’en France, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a rappelé que les entreprises doivent respecter le règlement européen « Abus de marché » (MAR) et donc informer le marché « dès que possible » si elles disposent d’ «une information précise, non publique et de nature à influencer de manière sensible le cours des instruments financiers ».

Lire aussi : 69 % des URD publiés intègrent une information spécifique au Covid-19

Quelles sont les attentes des investisseurs ?

Coté investisseurs, ils sont avant tout sensibles au niveau du cash, de la trésorerie des entreprises. Et, depuis quelques jours, aux annonces liées à la distribution ou non de dividendes et aux rachats d’actions. En France, la forte incitation des Pouvoirs publics a tout récemment fait surgir cette donnée. Il y aura clairement des arbitrages entre les entreprises qui vont verser des dividendes et celles qui ne le feront pas.

Où en sont les préparatifs pour les assemblées générales ?

Il y a encore pas mal d’incertitudes sur les formats et déroulés, mais à ce jour 63 % des entreprises envisagent bien de les tenir virtuellement.

Lire aussi : Assemblées générales 2020, entre report et huis clos

Propos recueillis par Beñat Caujolle

Pour toute question ou demande de renseignements, contactez-nous : labradorleblog@labrador-company.com

2020-04-16T16:10:08+02:00avril 2nd, 2020|