Oui à la bascule digitale sereine !

Jeudi 09/09/2021

La mise en place du reporting au format électronique unique européen (ESEF) c’est pour maintenant. Tous les documents d’enregistrements universels (URD) faisant office de rapport financier annuel (RFA), au sens de la Directive Transparence, et les rapports financiers annuels devront être publiés au format xHTML en 2022. Marions sereinement technologies et information financière.

Entretien avec Thibault Dewavrin, Directeur général de Labrador

Interview de Thibault bascule digitale 2022
  • Après un report d’un an, ça y est, les entreprises doivent pour les comptes annuels ouverts à compter du 1er janvier 2021 publier leurs états financiers consolidés balisés avec tags iXBRL dans un document xHTML. Un vrai challenge…

« Derrière la contrainte réglementaire, cette bascule digitale dans la publication des données financières est source d’opportunités. La technologie va permettre tant de nouveaux usages. Soyons pragmatiques, il s’agit d’une bascule vers les temps modernes, pas d’une révolution. Les entreprises ont les capacités de production à leur disposition. Les solutions de marchés existent et ont déjà fait leurs preuves. Les émetteurs doivent juste choisir entre deux approches : un changement de process en amont à l’aide de plateformes collaboratives qui fluidifient la production, ou ils ne touchent à rien et la conversion se fait en bout de chaîne.

Donc, restons sereins et posons-nous la seule question qui vaille : «  What’s in it for me? » »

Lire aussi : ESEF, l’heure est au partage d’expériences

  • Quels seront donc les principaux apports de ce nouveau format ?

« Avant tout une réponse à des attentes de plus en plus fortes en matière d’accessibilité et de transparence, tant dans l’information financière qu’extra-financière. Certes, les États-Unis ont déjà fait leur bascule digitale sans bousculer les usages, mais l’Europe veut aller plus loin.

L’information des entreprises devient un flux de données (le format HTML). Les entreprises vont pouvoir enrichir ce flux avec des mini-sites et structurer ainsi l’information pour les investisseurs. »

Un accès digital à inventer

Les analystes auront des points d’accès à des données « taggées », harmonisées, structurées, comparables. Cela représente pour l’analyse un gain de temps et d’efficacité. Un exemple simple mais attendu : pouvoir télécharger les données au lieu de les reprendre à la main.

Par ailleurs, ce format ouvre une nouvelle porte sur ces données à des moteurs de recherche. Pour le traitement (humain ou automatique via robot) de la masse des données remontées, il faudra donc inventer un accès digital. Ce dernier passe par un cadre existant et en permanente évolution, la taxonomie qui permet de structurer les données, mais aussi par des textes en langage clair, plus lisibles, plus accessibles avec des mots clés pour le référencement. L’objectif est simple : faire en sorte que la remontée d’informations réponde aux attentes des investisseurs.

Lire aussi : Passage à l’ESEF : l’un des pionniers nous raconte son expérience.

Propos recueillis par Beñat Caujolle

ESEF 2022 : c’est ici et maintenant, le livre blanc.

Découvrez notre livre blanc sur les premières expériences de mise en place de l’ESEF en 2021. Cette étude a été réalisée en partenariat avec l’APDC, le CLIFF et EURONEXT — ainsi que toutes les sociétés qui y ont contribué en 2020 et/ou 2021.

Je télécharge l'étude !

Quelle note donneriez-vous à ce billet ?

Seules 5 étoiles valorisent le travail de nos équipes

Note de ce billet : 5 / 5. Nombre de notes : 4

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce billet.

Cet article vous a intéressé ?

Abonnez-vous à notre page Linkedin pour ne plus rien manquer !

Cela ne correspond pas à nos standards de qualité.

Que pourrions-nous améliorer ?

Afin d'analyser l'origine du problème, pouvez-vous nous en dire plus ?

2021-09-09T12:17:09+02:00septembre 9th, 2021|