Où sont les femmes ?

Le seuil de 40 % de femmes dans les conseils ne devrait être atteint que dans les plus grandes entreprises cette année. Avec plus de 500 administratrices à recruter en deux ans, il est d’abord nécessaire de faire monter davantage de femmes dans les comités exécutifs

Une fois par an, la journée de la femme a le mérite de faire le point sur les progrès réalisés, on non, en termes d’égalité. Et en matière de gouvernance, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il reste du chemin à parcourir !

 500 administratrices à trouver en deux ans

La France est pourtant l’un des pays les mieux placés par son ton taux de féminisation des conseils. Fin 2015, il était de 35 % dans le CAC 40 et de 33 % dans le SBF 120. Un résultat qui ne doit rien au hasard. Afin d’aller vite et fort, la loi a été préférée au code de bonne conduite. Adoptée en janvier 2011, la loi Copé-Zimmermann a imposé 20 % de femmes dans les conseils des sociétés cotées et des grandes entreprises non cotées en 2014 et 40 % en 2017. Le code Afep-Medef n’a pas voulu être en reste et recommande d’atteindre ce seuil fatidique dès cette année 2016.

Si les plus grandes sociétés devraient atteindre ou dépasser ce seuil des 40 % dès cette année, c’est loin d’être le cas de la majorité des entreprises cotées à Paris. Les sociétés du compartiment A d’Euronext Paris (plus de 1 milliard d’euros de capitalisation) comptent 32 % de femmes dans leur conseil, soit la première place dans l’Union européenne, qui affiche un taux moyen de 21,2 %. En revanche, ce taux tombe à 27 % pour les valeurs du compartiment B, et à 25 % pour les small caps du compartiment C (moins de 150 millions d’euros de capitalisation), selon une récente étude de l’Association des femmes experts comptables administrateurs (Afeca). Autrement dit, entre 2016 et 2017, près de 500 administratrices devront être trouvées pour que toutes les sociétés soient en règle. Une utopie. D’autant que ce besoin d’administratrices va grandir. La loi pour l’égalité réelle d’août 2014 a étendu ce quota de 40 % à toutes les entreprises non cotées de plus de 250 salariés (contre 500 salariés jusqu’alors) à compter de 2020.

Faible présence dans les comités spécialisés

Les femmes sont-elles alors à égalité avec les hommes au sein des conseils ? Pas vraiment ! Elles sont moins présentes que les hommes dans les comités spécialisés, là où se réalise le travail d’influence, avec un taux de 18 % dans le compartiment A, 22 % dans le B, et 9,5 % dans le C, précise l’étude Afeca. Quant aux femmes en position de leadership (présidente, PDG ou directrice générale), elles ne sont que 4 % dans le compartiment A, et 8 % dans le B et le C.

Or pour nourrir les conseils en administratrices, il faut d’abord qu’elles soient plus nombreuses dans le top management des entreprises. Et ce mouvement est extrêmement lent. En France, les femmes n’occupent que 14 % des postes de direction (+1,2 point en 10 ans), mais leur progression est plus rapide dans les entreprises de plus de 1.000 salariés, passant de 3,5 % à 7,5 % en dix ans, d’après une étude KPMG de 2015. 

Des comex davantage féminisés dans la finance

Dans le secteur financier, les conseils sont féminisés à 28 %, moins que le CAC 40, mais les comités exécutifs et comités de direction comptent 14 % de femmes, contre 12 % dans le CAC 40, et le top 100, 24 % de femmes, contre 18 % dans le CAC, selon le réseau Financi’Elles.

La France aurait-elle fait le bon choix en optant pour la loi ? Pas sûr. La soft law, comme la limitation des mandats des administrateurs ou les exigences de mixité dans les codes de gouvernance, ont un effet plus important dans la représentation des femmes dans les équipes de direction, que les quotas imposés par la loi sur les conseils d’administration, selon une étude mondiale de Cambridge Judge Business School.

Thomas Fenin

Quelle note donneriez-vous à ce billet ?

Seules 5 étoiles valorisent le travail de nos équipes

Note de ce billet : 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce billet.

Cet article vous a intéressé ?

Abonnez-vous à notre page Linkedin pour ne plus rien manquer !

Cela ne correspond pas à nos standards de qualité.

Que pourrions-nous améliorer ?

Afin d'analyser l'origine du problème, pouvez-vous nous en dire plus ?

2019-04-20T14:32:45+02:00