Grands Prix de la Transparence, 10 ans et 3 paris gagnés

Le 2 octobre prochain, nous fêterons le 10ème anniversaire des Grands Prix de la Transparence. En présence de Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre, cette soirée exceptionnelle réservera son lot de surprises et de nouveautés. 

Entretien avec Laurent Rouyrès, Président de Labrador

Quel a été l’apport de ces Grands Prix dans l’évolution de l’information financière ces dernières années en France ? 

Cela fait effectivement 10 ans que les Grands Prix de la Transparence récompensent la qualité de l’information réglementée des sociétés de droit français du SBF 120. Et nous sommes fiers d’avoir remporté trois paris sur cette longue période. 

  1. Premier pari gagné, celui de la démarche constructive. Notre objectif a été de permettre aux émetteurs de mesurer leurs performances en matière de transparence, sans buzz ou stigmatisation. L’identification des meilleures pratiques a eu un effet d’entrainement positif pour tous.                                                             
  2. Notre deuxième pari a été celui de faire le choix de critères exclusivement objectifs, publics et comparables. Ces critères objectifs ont, dans un bel ensemble, constitué la clé du succès de la transparence. Les documents traités (documents de référence, brochures de convocation, …) sont devenus des supports de communication par la preuve, qui vont bien au-delà des supports institutionnels déclaratifs. Les critères de pédagogie et d’engagement sur la durée ont misé avec succès sur l’exigence des lecteurs.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      « Un document de référence qui devient la norme en Europe »                                                                                                                                                                              
  3. Troisième pari : l’évolution du document de référence « à la française », pourtant très critiqué à ses débuts, se généralise et devient la norme en Europe avec l’arrivée du Document d’enregistrement universel* (URD). De même, la brochure de convocation devenue très performante en France a révolutionné le « Proxy statement » de l’autre côté de l’Atlantique.

L’information financière dite transparente a beaucoup évolué ces dernières années, comment mesurer son efficacité ?

Il va falloir venir à notre soirée du 2 octobre des Grands Prix de la Transparence.  Nous présenterons à cette occasion, de façon amusante, une comparaison des documents 2009 / 2019. Et, sans dévoiler les résultats, force est de constater que le temps passé à chercher et à trouver les informations voulues a évolué de façon impressionnante !

« La clarté et la pertinence de l’information passent désormais par une réduction du nombre de mots employés »

Les premiers Grands Prix de la Transparence s’intéressaient à la seule présentation de l’information. Vous allez bien plus loin en 2019 … 

Les gros enjeux d’aujourd’hui portent sur la précision d’une information plus riche. La clarté et la pertinence de l’information passent désormais par une réduction du nombre de mots employés. Nous allons d’ailleurs décerner cette année un Grand Prix de la Clarté, mais aussi un Grand Prix des lecteurs – Charte Ethique, en partenariat avec la Sorbonne. Autre nouveauté de la soirée, la diffusion du premier classement des « proxy statements » les plus transparents aux Etats-Unis. 

Propos recueillis par Beñat Caujolle

Pour toute question ou demande de renseignements, contactez-nous : labradorleblog@labrador-company.com

*Ou document de référence universel

2019-09-19T12:58:47+02:00septembre 19th, 2019|