Portrait #3 : Claudia, Agent double de la Traduction spécialisée

Directeur qualité et “G.O.” du Club de Traducteurs, Claudia a rejoint il y a un an Labrador Translations. Depuis ça déménage…

Franco-mexicaine et trillingue, ton parcours depuis 10 ans dans les métiers de la traduction, c’était une évidence ?

C’est plutôt devenu une évidence. J’ai d’abord fait des études d’ingénieur car j’ai toujours adoré les chiffres et la technique. Mais dès mes premières expériences dans l’industrie je me suis aperçue que les langues, qui me passionnaient aussi, me manquaient beaucoup. J’ai finalement réussi à marier les deux métiers, en poursuivant par des études de traduction puis en faisant des processus qualité de traduction mon métier.

Tu gères au quotidien un réseau de plus de 300 traducteurs spécialisés et assures la qualité de plus 1 000 projets de traductions par an, quel est ton secret ?

C’est toute l’équipe qui assure la qualité ! Je suis une sorte de sélectionneur : mon rôle est de leur donner l’accès aux meilleurs traducteurs spécialistes. Dans notre base de données, nous avons plus de 300 traducteurs recensés dans une trentaine de langues, une quinzaine de spécialités puis une quinzaine de sous-spécialités, principalement en finance et en juridique. Ensuite, chaque chef de projets puise dans cette base pour constituer son équipe de traduction en fonction des spécificités de ses documents, de son projet et de son client.

Qu’as-tu mis en place depuis ton arrivée et qu’est ce que ça a changé ?

Nous avons beaucoup investi dans le management de nos talents, que ce soit au travers des formations accessibles à tous nos traducteurs ou par l’intégration de plus de 100 nouveaux traducteurs qui ont rejoint notre réseau. Cet investissement était nécessaire pour faire face à la forte croissance que nous connaissons depuis plusieurs années (+ 30 %/an). Nous avons également optimisé l’ensemble de notre processus projet avec, à la clé, une qualité renforcée et une plus grande réactivité et disponibilité pour nos clients. Nous poursuivons aujourd’hui en investissant sur des innovations technologiques qui rendront notre outil de traduction assistée LTO – Labrador Translations Online – encore plus performant : mémoires de traduction améliorées, création semi-automatique des glossaires… Cela optimisera encore le délai, la rigueur et la qualité de nos traductions.

Pour un client Labrador Translations, à quoi sert le “club” de traducteurs ?

La fidélité de nos traducteurs est très importante, parce qu’au delà des process, une grande partie de notre qualité vient de là. D’où l’idée de créer un groupe de traducteurs d’élite, fidèles et privilégiés, qui est prioritaire pour l’attribution des projets et bénéficie de formations gratuites réservées au club LabT Preferred. Les bons traducteurs sont assez rares. Faire en sorte qu’ils soient disponibles pour nous est primordial.

Tu as participé au lancement du nouveau site internet de Labrador Translations, qui s’y présente comme une “Maison de traduction financière et juridique ». N’est ce pas vieux jeux, pour un jeune player innovant qui veut bouger les lignes de la traduction ?

La différence entre une agence et une maison de traduction comme Labrador Translations, c’est l’approche de notre métier : on peut posséder un riche savoir-faire d’“artisans des mots” et être extrêmement moderne dans ses techniques et méthodes. Cela souligne toute l’attention que nous portons à la relation personnalisée développée avec chaque client, à notre approche “cousue main” de chacun de ses projets de traduction, à la qualité des traductions via la sélection attentive de nos traducteurs, à leur fidélisation et à la performance des outils mis à leur disposition.

La traduction est considérée comme un vieux métier. Peut-on encore vraiment innover en traduction et comment ?

Oui, sinon je ne ferais pas ce métier ! Mais c’est encore plus vrai aujourd’hui : la traduction humaine, en concurrence constante avec la traduction automatisée quasi-instantanée, doit continuer à innover ses techniques et ses outils pour se différencier des machines. Il ne faut pas confondre traduction automatique par un logiciel et traduction assistée par ordinateur (TAO) avec laquelle le travail du traducteur est simplement facilité. Nous croyons fermement que la TAO réunit le meilleur de ces deux mondes en apportant plus de rapidité et de cohérence à la traduction d’un texte que seul un cerveau humain peut comprendre et donc transcrire avec justesse dans une autre langue.

Le mode collaboratif est dans toutes les bouches. Est-ce une réalité chez Labrador Translations ?

Oui, c’est une nécessité. Par exemple, grâce à notre outil LTO, plusieurs traducteurs peuvent travailler sur un même texte en même temps aux quatre coins de la planète. Ils partagent le même glossaire, la même documentation et peuvent interagir, ce qui assure une cohérence et une réactivité plus grande sur les gros volumes. Nous collaborons aussi avec nos clients en amont de leur projet avec de nombreux outils pour leur permettre d’optimiser continuellement autant la qualité de leurs traductions que leur budget (glossaires, mémoires de traduction, audits des documents passés…).

2019-04-20T14:32:45+02:00