Assemblées générales 2019 : expliquez votre stratégie !

Les actionnaires veulent bien sûr du rendement mais souhaitent aussi comprendre la croissance long terme de l’entreprise. Ils désirent apporter du sens à leurs investissements. On retrouve très clairement cette tendance de fond dans l’étude menée en 2019 par Capitalcom avec l’Ifop auprès du grand public sur ses attentes en matière de prises de parole des dirigeants.

D’après le grand public, les actionnaires poursuivent trois objectifs prioritaires : la recherche du meilleur rendement (76%), le soutien à la croissance de long terme (46%) et la participation aux décisions stratégiques (43%). Et dans le même temps, 93% des Français attendent les grandes entreprises sur les enjeux sociaux et environnementaux et 7 Français sur 10 veulent une prise de parole des dirigeants sur la politique de rémunération et la répartition des bénéfices.

Anticipant les attentes plus matures des actionnaires, les entreprises ont entrepris ces dernières années un vrai travail de pédagogie et rendu leur information plus claire, plus intelligente, mais aussi plus vivante, en phase avec leur environnement, leur écosystème. Et cela a contribué à l’implication grandissante de ces mêmes actionnaires, en amont et pendant les assemblées générales.

Un risque de réputation

Dans son bilan 2019 des assemblées générales, Capitalcom note la « consécration » de la raison d’être. Les groupes du CAC 40 se sont ainsi emparés de cette notion apportée par la loi Pacte et insistent ainsi sur leur rôle sociétal, sur le sens donné à leurs activités. Ainsi, si seulement 2 groupes avaient présenté en 2018 leur raison d’être en assemblée générale,  ils sont 11 cette année (36% des AG suivies par Capitalcom) à avoir révélé leur raison d’être ou évoqué une réflexion en cours. Atos et Carrefour sont allés plus loin en l’inscrivant dans leurs statuts et en la soumettant du même coup à leurs actionnaires. Autre tendance forte relevée, le temps consacré au traitement de la stratégie. Les entreprises ont amélioré leurs indicateurs sur les grandes tendances pesant sur leurs métiers et leurs marchés. Objectif, rendre sa trajectoire plus lisible. D’ailleurs, signe que les actionnaires en veulent et en redemandent, près d’1 question sur 3 a porté sur la stratégie ou les perspectives, lors de cette saison 2019. En 2010, c’était moins d’1 question sur 5 !

Toutes ces bonnes pratiques se multiplient. Le train est en marche. La nouvelle génération citoyenne en veut et en redemande.  Alors, ceux qui pourraient s’imaginer que de bons rendements suffisent pour en faire l’économie prennent ainsi un vrai risque de réputation.

Beñat Caujolle

2019-06-20T11:13:12+02:00