L’effet surprise des activistes

Plus sophistiqué et plus opaque, le nouveau contexte de marché inquiète bon nombre de directeurs financiers et autres responsables des relations investisseurs. Indirectement lié à MIFID et à la fragmentation de la liquidité, le principal risque est bien de se laisser surprendre par un investisseur « non friendly ».

Entretien avec Bénédicte Thibord, Global Head of Corporate / Expert Access chez Exane BNP Paribas

Le nombre d’attaque d’activistes au capital de sociétés européennes a bondi de 50% entre 2013 et 2018. Comment expliquez-vous cette tendance ? Cela va-t-il durer ?

Cette montée en puissance s’explique en partie par l’attractivité des valorisations européennes, mais aussi par l’assèchement du nombre de cibles aux Etats-Unis. La communication a pris ces dernières années une dimension particulière. Le principal risque pour les entreprises attaquées n’est pas tant celui de la prise de contrôle que du bruit ainsi que du temps et de l’énergie à y consacrer. Nous l’avons encore vu récemment. L’expérience montre que le mode réactif (aux effets d’annonce de l’activiste) marche moins bien. L’important étant d’être préparé au mieux, d’autant que la pression de ces activistes est une tendance qui s’inscrit dans la durée.

« Comment surveiller ses flux quand son titre est traité par une multitude de Dark Pools et MTFs ? »

Quels sont les principaux risques auxquels sont confrontés les directions investisseurs et les relations investisseurs ?

Indirectement lié à MiFID et à la fragmentation de la liquidité, le principal risque est bien de se laisser surprendre par un investisseur non friendly. Comment en effet, une société peut-elle aujourd’hui raisonnablement surveiller ses flux, lorsque ses volumes sur son marché local de référence représentent moins de 50% des volumes totaux et que son titre est traité sur une kyrielle de Dark Pools* et une ribambelle de MTFs** ? Nous avons rencontré ces derniers mois de nombreux directeurs financiers et autres responsables de relations investisseurs. Ils nous ont fait part de leurs inquiétudes et interrogations sur ce nouveau contexte de marché, plus technique, plus sophistiqué et plus opaque qui s’impose à eux. Beaucoup d’entre eux nous ont également avoué avoir le sentiment d’être aveugles et démunis d’informations fiables et régulières. Et pourtant, il s’agit d’anticiper afin d’être fin prêt le jour où ils y seront confrontés. Un management alerté ne sera pas pris de court. D’où l’importance de l’analyse étroite et structurée d’éventuelles anomalies, alertes et signaux.

Des solutions existent sur le marché, à l’image du système d’alerte proactif reposant sur une analyse multicritères mis en place par Exane BNP Paribas, visant à identifier des signaux faibles d’éventuel activisme.

Y-a-t-il des périodes plus propices, en période d’assemblées générales ?

Il n’y a pas de moments propices à ce genre d’attaques et force est de constater que les profils des entreprises cibles sont très variés. Tout dépend des paris que peuvent faire des analystes activistes de plus en plus pointus, opportunistes : un échec commercial, un revers stratégique, un trou d’air de gouvernance… Tout peut arriver très vite et qui peut se dire à l’abri ?

Propos recueillis par Beñat Caujolle

* un Dark Pool est un système automatique de transaction opaque (le carnet d’ordres n’est pas visible pour les investisseurs).

** Systèmes Multilatéraux de Négociation (SMN ou MTF en anglais)

2019-06-06T11:42:50+02:00